Compte-rendu réunion du 5 novembre à Plancher-les-Mines


Un peu mieux qu’en octobre, nous avons été dix participants à nous retrouver à la bibliothèque de Plancher-les-Mines, encore parée de ses décorations d’Halloween. Dans une ambiance conviviale, nous avons évoqué les livres suivants

  • Madame Edouard de Nadine Monfils : On a trouvé des cadavres de jeunes femmes ensevelis derrière des tombes de peintres célèbres… A chacune d’elles, il manque l’avant-bras droit ! De fil en aiguille, le commissaire Léon, dont la passion secrète est le tricot, dénoue les intrigues de cette sombre histoire. Au cœur de l’affaire, Madame Edouard, le travelo ménagère de Montmartre. Et aussi Babelutte, le chien du commissaire, sorte de Rantanplan du polar ; Ginette, la mère belge de Léon (folle de concours et qui vit avec son fils dans un intérieur kitch à souhait !) ; Nina Tchitchi, la secrétaire du commissaire qui pendule ses boucles d’oreilles pour retrouver l’assassin ; un curé qui pique des punaises dans les magasins pour garnir la robe de la vierge ; le pin’s, un nain camelot qui vend des merdouilles ; Jeannot, le patron du bistrot (QG du commissaire) ; Rose, la poivrote au coin du comptoir et Gégé, le cuisinier qui  » empoisonne  » la clientèle avec ses plats… ainsi que bien d’autres personnages croustillants, baroques et déjantés qui évoluent dans un drôle d’univers très  » belge « , teinté d’humour noir.
  • Le livre des Baltimore de Joël Dicker : Jusqu au jour du Drame, il y avait deux familles Goldman. Les Goldman-de-Baltimore et les Goldman-de-Montclair.
    Les Goldman-de-Montclair, dont est issu Marcus Goldman, l auteur de La Vérité sur l Affaire Harry Quebert, sont une famille de la classe moyenne, habitant une petite maison à Montclair, dans le New Jersey.
    Les Goldman-de-Baltimore sont une famille prospère à qui tout sourit, vivant dans une luxueuse maison d une banlieue riche de Baltimore, à qui Marcus vouait une admiration sans borne.
    Huit ans après le Drame, c est l histoire de sa famille que Marcus Goldman décide cette fois de raconter, lorsqu en février 2012, il quitte l hiver new-yorkais pour la chaleur tropicale de Boca Raton, en Floride, où il vient s atteler à son prochain roman.
    Au gré des souvenirs de sa jeunesse, Marcus revient sur la vie et le destin des Goldman-de-Baltimore et la fascination qu il éprouva jadis pour cette famille de l Amérique huppée, entre les vacances à Miami, la maison de vacances dans les Hamptons et les frasques dans les écoles privées. Mais les années passent et le vernis des Baltimore s effrite à mesure que le Drame se profile. Jusqu au jour où tout bascule. Et cette question qui hante Marcus depuis : qu est-il vraiment arrivé aux Goldman-de-Baltimore ?
  • Histoire de l’amour et de la haine de Charle Dantzig : Voici sept personnages avec qui nous vivons, des premières manifestations contre le « mariage pour tous » jusqu’aux dernières. Il y a Ferdinand, garçon de vingt ans blessé par la vulgarité de son père, le député Furnesse, vedette homophobe des médias et fier de l’être ; Pierre, le grand écrivain n’écrivant plus ; Ginevra, qu’il tente d’aimer ; Armand et Aron, qui vivent en couple ; Anne, si belle et victime de sa beauté ; bien d’autres encore. Tous apportent leur voix à ce concert de l’esprit où le comique le dispute à la rage.
    Que s’est-il passé durant cette période ? Quel esprit est entré dans Paris, si contraire à Paris ? Comment ce qu’on appelle un événement transforme-t-il la vie des hommes ?
    Le grand roman de l’amour au temps de la haine.
  • Le scaphandre et le papillon de Jean-Dominique Bauby : Le 8 décembre 1995, brutalement, un accident vasculaire a plongé Jean-Dominique Bauby dans un coma profond. Quand il en est sorti, toutes ses fonctions motrices étaient détériorées. Atteint de ce qu’on appelle le  » locked-in syndrom  » – littéralement : enfermé à l’intérieur de lui-même-, il ne pouvait plus bouger, manger, parler ou même respirer sans assistance. Dans ce corps inerte, seul un œil bouge. Cet œil – le gauche-, c’est son lien avec le monde, les autres, avec la vie. Avec son œil, il cligne une fois pour dire  » oui « , deux fois pour dire  » non « . Avec son œil, il arrête l’attention de son visiteur sur les lettres de l’alphabet qu’on lui dicte et forme des mots, des phrases, des pages entières… Avec son œil, il a écrit ce livre : chaque matin pendant des semaines, il en a mémorisé les pages avant de les dicter, puis de les corriger.Sous la bulle de verre de son scaphandre où volent des papillons, Jean-Dominique Bauby nous envoie ces cartes postales d’un monde que nous ne pouvons qu’imaginer. Un monde où il ne reste rien qu’un esprit à l’œuvre. Esprit sarcastique et désenchanté qui nous sert le cœur par son intensité.Un livre hors norme dont l’existence tient du miracle.
  • Soudain seuls d’Isabelle Autissier : Un couple de trentenaires partis faire le tour du
    monde.
    Une île déserte, entre la Patagonie et le cap Horn.
    Une nature rêvée, sauvage, qui vire au cauchemar.
    Un homme et une femme amoureux, qui se retrouvent, soudain, seuls.
    Leurs nouveaux compagnons : des manchots, des otaries, des éléphants de mer et des rats.
    Comment lutter contre la faim et l’épuisement ? Et si on survit, comment revenir chez les hommes ?
    Un roman où l’on voyage dans des conditions extrêmes, où l’on frissonne pour ces deux Robinson modernes. Une histoire bouleversante.
  • Encyclopédie des grands écrivains pour les petits lecteurs de Manuela Morgaine : Qui sait que Victor Hugo dessinait des forteresses avec du marc de café, que Jack London fut réellement un chercheur d’or, ou encore que Balzac posséda une plantation d’ananas ? L’Encyclopédie des grands écrivains pour les petits lecteurs est l’œuvre de Buvard et Ricochet, deux frères jumeaux qui s’introduisent la nuit dans la bibliothèque des grands. Nouveaux explorateurs qui parcourent la littérature comme une terre d’aventure, les deux enfants se glissent à l’intérieur des livres et découvrent, le temps d’un alphabet, les vies et les univers fantastiques de vingt-six grands écrivains.
  • État critique de Robin Cook : New York. Épidémie de SARM – staphylocoque aureus résistant à la méthicilline – dans trois cliniques spécialisées appartenant au Dr Angela Dawson. Soutenue par des investisseurs privés, ce médecin atypique et novateur a créé sa propre startup, « Angels Healthcare », bientôt cotée en Bourse. Une ascension fulgurante menacée par la redoutable bactérie. Intrigués par la fl ambée de décès postopératoires dans les cliniques « Angels Healthcare », Jack Stapleton et Laurie Montgomery, le couple de médecins légistes et enquêteurs d’Erreur fatale, vont ouvrir sans le savoir la boîte de Pandore d’un complot fi nancier qui menace leur carrière, mais aussi leur vie… Médecine, business, argent sale… un thriller médical effrayant et passionnant de bout en bout, par le maître du genre.
  • Ceux qui tombent de Michael Connelly : Retraite ou pas retraite ? L’inspecteur Harry Bosch s’interroge encore quand on le charge de deux dossiers… Le premier – le viol suivi du meurtre d’une jeune fille – remonte à 1989 et les tests ADN viennent de désigner le coupable : Clayton Pell… 8 ans au moment des faits ! Peu crédible, donc. Dans le même temps, Bosch est appelé sur une scène de crime au Château Marmont, le célèbre hôtel de Los Angeles, où un homme est tombé du septième étage. Suicide, crime ou accident ? Le père de la victime, un conseiller municipal très puissant à L.A., veut en avoir le coeur net et exige assez curieusement que l’enquête soit confiée à Bosch, son vieil ennemi de toujours. Politiciens corrompus, prédateurs sexuels… Harry Bosch a fort à faire, et surtout pas le temps de s’apitoyer sur lui-même. Un double sac de noeuds que Connelly dénoue avec un indéfectible talent, tout en finissant, c’est sa touche, par un revers rageur. Julie Malaure, Le Point.
  • Encore une danse de Katherine Pancol : Ils forment une bande d’amis : Clara, Joséphine, Lucille, Agnès, Philippe et Rapha. Ils ont grandi ensemble à Montrouge, banlieue parisienne. Ils ont habité le même immeuble, sont allés dans les mêmes écoles et ne se sont jamais quittés.Lorsqu’ils sont devenus adultes, leurs vies ont pris des tournants différents mais leur amitié a résisté au temps, à la réussite des uns, aux échecs des autres. Leurs espoirs, leurs illusions se sont réalisés ou envolés. Ils se retrouvent comme avant, pratiquent toujours leurs rites d’amitié même si leur musique, parfois, émet des fausses notes qu’ils s’empressent d’oublier de peur de troubler cette belle harmonie qui leur est nécessaire pour affronter la vie, la peur de vivre.Mais une nouvelle épreuve, plus sournoise, plus terrible, s’annonce. Face à elle, ils ne peuvent pas tricher. Les masques vont tomber. Le groupe menace de voler en éclats, de révéler des trahisons, grandes ou petites, et mille ressentiments longtemps cachés. Arriveront-ils à franchir cette étape inattendue qui les met chacun face à eux-mêmes, qui les oblige à faire le point sur ce qu’ils sont devenus sans complaisance ni lâcheté ? C’est le sujet de ce roman où les enfants ont grandi, ont vieilli et doivent abandonner le trouble paradis de l’enfance, des apparences, pour affronter la vie, et conjurer la peur qui nous saisit tous quand il s’agit de devenir grands…
  • La parenthèse incandescente de Robin Rinaldi : Robin a 42 ans et mène une vie confortable. Mais, pour que son bonheur soit total, il lui manque juste… un enfant. Et Scott, son mari, refuse d’en avoir. Robin n’a alors qu’une crainte : regretter. Elle prend donc une décision importante. Pendant un an, elle et son mari auront une relation libre. Elle accepte de renoncer à la maternité, seulement, en contrepartie, elle pourra sortir de cette monogamie qui l’étouffe pour découvrir une nouvelle forme de vie amoureuse et sexuelle. Une analyse juste de la vie d’une femme en pleine crise de la quarantaine, qui se retrouve face à ses propres choix et essaie de satisfaire des désirs souvent contradictoires. Robin Rinaldi nous livre un récit d’une honnêteté rare, sans complexe.  » Une enquête qui nous plonge au cœur du désir féminin le plus débridé.  » Elle  » Dans un monde saturé par le porno et qui voit trop souvent le prisme masculin dominer la sexualité, le récit décomplexé de sa quête du nirvana sexuel est terriblement rafraîchissant.  » The Sunday Times. Chronique de lecture à  lire ICI
  • Cyrano de Taï-Marc Le Thanh et Rebecca Dautremer : Cyrano avait un gros nez. Cyrano était amoureux de sa cousine Roxanne. Mais il n’osait le lui dire (à cause de son gros nez). Heureusement, Cyrano était poète. Voici les aventures tumultueuses de Cyrano racontées très librement (et même d’une façon un peu cavalière), d’après Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand.

La soirée s’est clôturée par le verre de l’amitié et quelques pâtisseries. La prochaine réunion du café littéraire aura lieu le 3 décembre 2013, et ce sera notre première rencontre d’auteur de la saison puisque nous recevrons Isabelle Bruhl-Bastien. Elle viendra nous présenter son second roman, paru aux éditions du Citron bleu en octobre, Résurgence.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s