Rentrée littéraire : quelques nouveautés

La rentrée littéraire bat son plein et j’ai déjà reçu quelques romans de divers éditeurs. D’autres arriveront bientôt. Voici donc quelques titres dont je pourrai vous parler lors de notre réunion de rentrée, le 10 septembre.

Tous ces livres (qui me sont personnels) seront disponibles au prêt dès septembre, pour qui voudra les lire.

Publicités

Rendez-vous en septembre !

Avec l’été, le café littéraire a pris quelques vacances. Le temps pour tout le monde de se ressourcer et de faire le plein de belles lectures, que nous pourrons partager ensemble dès la rentrée.

Celle-ci se fera non pas le premier jeudi de septembre (trop proche de la rentrée scolaire), mais le 10 septembre à 20 heures à la médiathèque de Plancher-Bas. Outre nos lectures estivales, ce sera également l’occasion de faire un tour d’actualité de la rentrée littéraire qui battra son plein.

Je vous annonce déjà qu’en octobre, nous recevrons Patricia Gavoille à la médiathèque de Champagney. Elle viendra nous parler de son roman « La Retirada » -que je possède, si quelqu’un veut le lire, qu’il n’hésite pas à me le demander. Pour cette saison, nous limiterons à trois les auteurs reçus, afin de conserver du temps pour parler de nos lectures respectives.

En attendant, je vous souhaite à toutes et à tous un bel été et de bonnes vacances.

Dernière petite chose -et pas des moindres : la médiathèque de Plancher-Bas organisera, le 27 septembre prochain, sa 5ème Bourse aux Livres, à la salle Georges Brassens. Vous trouverez en en-tête du site, un onglet qui lui est consacré et où vous pourrez télécharger l’affiche et le dossier d’inscription pour toute personne souhaitant venir y vendre ses livres d’occasion. Alors n’hésitez pas à en parler autour de vous, afin que nous soyons nombreux pour cet événement. Une grosse innovation cette année : la venue de 8 auteurs régionaux parmi lesquels Hervé Thiry-Duval et moi-même, ainsi que les éditions Le Jardin des Mots, spécialisées dans le livre-cd de contes et domiciliées à Sermamagny. Tous les ingrédients sont réunis pour que cette édition soit exceptionnelle pour peu qu’on en parle.

En attendant, je vais me consacrer à remettre à jour ce blog car le manque de temps m’a fait rater quelques articles.

Thrillers au café littéraire [Les Affiches de la Hte Saône]

Et voici l’article que Les Affiches de la Haute-Saône ont consacré à la rencontre avec Jean-François Thiery.

PLANCHER-LES-MINES

Thrillers au café littéraire

Ce jeudi, c’était au tour de la bibliothèque municipale de Plancher-les-Mines d’accueillir la dernière rencontre d’auteur du café littéraire des deux Plancher, pour cette saison 2014/2015. Pour l’occasion, c’est Jean-François Thiery, auteur du pays de Montbéliard, qui est venu parler de sa passion pour l’écriture et de ses romans.

Cet informaticien de métier a toujours énormément lu, et ce dès son plus jeune âge. Touche à tout, il a également eu à cœur d’acquérir des solides savoirs puisqu’il a également suivi un cursus de lettres modernes, puis de psychologie. De tout cela, ainsi que de ses nombreux déplacements professionnels à l’étranger, il tire de la matière pour enrichir ses thrillers. Pourquoi ce registre particulier ? T Après avoir fait ses gammes en débutant par l’écriture de nouvelles -genre littéraire qui ne fait pas vraiment recette en France, c’est à la demande de son éditrice qu’il s’est tourné vers le thriller, beaucoup plus porteur au niveau commercial. Étant lui-même friand de ce genre de lectures, il s’est ainsi retrouve donc comme un poisson dans l’eau à écrire ce qui le fait lui-même vibrer.

Ce n’est pas un hasard si le commissaire Wolff, personnage principal et récurrent de certains de ses romans -dont le dernier, Le sang des sirènes, est un allemand né à Berlin Est. Il connaît parfaitement le pays pour y travailler souvent, et y avoir été en poste lors de son service militaire au moment de la chute du mur de Berlin. Bien évidemment, tout cela est un atout majeur pour donner du corps et de la crédibilité à ses écrits, de même que certains faits divers retentissants qui lui ont inspiré certaines intrigues.

Un public nombreux -18 participants- est venu assister à cette soirée durant laquelle les échanges ont été de grandes qualités, tant au niveau littéraire qu’amical. Alors qu’il était question de l’influence des personnages de roman sur leurs auteurs, Jean-Marie Choffat a partagé une anecdote issue de l’une de ses rencontres avec Bernard Clavel au cours de laquelle ce dernier lui avait expliqué comment, à son grand désespoir, un de ses personnages avait choisi lui-même de son destin et l’avait conduit à écrire la fin de son roman en larmes. Tout simplement parce qu’il ne pouvait pas en être autrement. Cette évocation était belle, émouvante et révélatrice de la façon de travailler de certains auteurs.

Après la traditionnelle séance de dédicace, tout le monde s’est retrouvé autour de savoureuses pâtisseries pour le verre de l’amitié, moment privilégié durant lequel les conversations ont repris de plus belle jusqu’à une heure très avancée.

La saison se clôturera le jeudi 4 juin prochain à la médiathèque de Plancher-Bas.

JF Thiery, dernière rencontre au café littéraire [Est Républicain]

L’Est Républicain s’est fait l’écho de la soirée lors de laquelle nous avons reçu Jean-François Thiery, à la médiathèque de Plancher-les-Mines, le 7 mai 2015. Une belle soirée qui a permis de découvrir l’auteur montbéliardais qui s’est fait une spécialité du thriller.

JF THIERY Est Républicain

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Patricia Gavoille en dédicace

Patricia Gavoille 016Le samedi 27 juin 2015, la médiathèque de Plancher-Bas recevra Patricia Gavoille pour une séance de dédicace à l’occasion de la parution de son septième roman, La Retirada, à paraitre en mai prochain aux Editions Günten.

L’auteur héricourtoise s’est inspirée, pour ce nouveau livre, de la vie des réfugiés espagnols internés au camp de Miellin entre 1939 et 1941. Si l’auteur précise qu’elle ne donne à aucun moment dans le documentaire, elle n’en a pas moins cherché à raconter, de façon romancée, ce que fut la vie quotidienne de ces familles disloquées, séparées. Pour cela, elle est allée à Miellin, afin de s’imprégner des lieux et a également recueilli beaucoup de témoignages directs de cette époque.

Patricia Gavoille sera donc à la médiathèque de 13 heures 30 à 17 heures. Réservez dès à présente votre après-midi pour venir la rencontrer.

Pour en savoir plus sur le camp de réfugiés de Miellin, visitez CE LIEN.

L’histoire au cœur du café littéraire

Plancher-Bas - Daniel Seigneur au Café littéraire le 5 marsJeudi 5 mars 2015, la médiathèque de Plancher-Bas recevait Daniel Seigneur pour un café littéraire consacré à la littérature historique. En effet, cet auteur bethoncourtois y a présenté ses différents livres, dont le dernier  Carnets d’un infirmier d’une guerre oubliée, qui n’est autre qu’un roman consacré à l’histoire d’un jeune homme durant la guerre de 1870.

L’auteur, cinéaste à la retraite qui a réalisé bon nombre de films -accessibles aisément sur le net, est un passionné de généalogie et d’histoire locale. Aussi, dans ce roman, a-t-il eu à cœur d’embarquer le lecteur dans cette histoire qui est avant toute chose, une aventure humaine.  Décrire la guerre ne m’intéresse pas, a-t-il dit. Je préfère raconter comment les humains, hommes et femmes, ont traversé cela, comment ils ont souffert. Son héros est le fils du maire de Vyans-le-Val, et se retrouve coincé en Savoie à la déclaration de guerre. Il s’engage comme ambulancier à la Croix-Rouge, ce qui l’amène, par un curieux hasard, à revenir dans son village avec l’armée du général Bourbaki. Et l’auteur de nous faire plonger dans ce que fut la véritable débâcle de cette armée dans notre région, son impossibilité à franchir la Lizaine pour aller porter renfort aux belfortains assiégés, son repli vers Villersexel, puis Pontarlier, le tout en plein hiver. Je compare cela à la retraite de Russie, n’hésite pas à dire Daniel Seigneur, tant par les conditions météo extrêmes que par la désorganisation des troupes et l’incurie des chefs. Il rappelle à cette occasion que les anciens, dès qu’il y avait quelque chose de catastrophique, n’hésitaient pas à lever les bras au ciel en disant « C’est Bourbaki ! ». C’est dire dans quel sens le général a marqué durablement les esprits comtois. Il n’a pas manqué également de dire que très peu de choses avaient été inventées puisque les personnages sont tous existants, de même que les batailles racontées. Et d’ajouter que l’exil de « l’armée Bourbaki » en Suisse -où elle demanda l’asile en quittant Pontarlier- n’avait là encore rien de fictif. C’est un fait unique de l’histoire a-t-il même précisé.

Puis Daniel Seigneur a présenté ses autres publications, plus axées sur l’histoire du pays de Montbéliard, dont son tout premier livre «Le Roman d’une Principauté ». Un pavé de quelque 400 pages -paru aux éditions Cêtre- écrit lui aussi comme un roman et qui est devenu, au fil des années, une référence pour les passionnés de la région. Il nous a confié qu’il avait aujourd’hui un nouveau volume finalisé, pour lequel il attend la décision d’un éditeur.

Après la traditionnelle séance de dédicaces, la soirée c’est clôturée autour du verre de l’amitié et de quelques pâtisseries. Le prochain café littéraire se tiendra le 2 avril prochain à la médiathèque de Champagney.